Avertir le moderateur Les blogs du Téléthon sont hébergés par blogSpirit Téléthon 2015 header

recherche

  • A l'attaque des dystrophies des ceintures | Dossier VLM #187

    Un dossier spécial "Thérapies innovantes : A l’attaque des dystrophies des ceintures" a été publié dans le dernier numéro du VLM, magazine édité par l'AFM-Téléthon.

    Vous trouverez ici en exclusivité un extrait de ce dossier avec l'interview de Dr Andoni Urtizberea, médecin spécialiste des dystrophies des ceintures, qui explique la nouvelle classification des LGMD.

    VLM, GI lgmd, dystrophies des ceintures, reclassification LGMD, renomenclature LGMD

    --> Visualisez l'extrait ici : AFM_VLM187_extrait_LGMD.pdf

     

    Nous vous invitons, ci ce n'est déjà fait, à vous abonner au magazine VLM pour lire le dossier complet :

    https://www.afm-telethon.fr/adherent/vous-abonner-vlm-1071

     

    N'oubliez pas de nous suivre sur Facebook pour être au courant de toutes les actualités !

     

    On compte sur vous les 7 & 8 décembre 2018 !

    TELETHON.FR Le don en ligne.pngrecherche,lgmd,thérapies innovantes,généthon,dystrophies des ceintures,myopathies des ceintures,reclassification,renomenclature

     Telethon 7 et 8 décembre 2018.png

     
     
     
     
    Mélanie B.
     
  • Exosquelette - On n'arrête plus la technologie innovante

    Depuis quelques années, les exosquelettes représentent un véritable espoir pour les personnes en situation de handicap moteur.
    Mais qu’en est-il exactement et comment fonctionne cette technologie ?

     

    L’exosquelette est un appareil motorisé fixé sur un ou plusieurs membres du corps humain pour lui redonner sa mobilité ou en augmenter les capacités.

     

    Concrètement, en s’appuyant sur ses béquilles, l’utilisateur se penche vers l’avant. Ce déplacement du buste est analysé par un capteur de mouvement placé au niveau du torse. Ce capteur envoie l’information à l’ordinateur caché dans le sac à dos. L’ordinateur indique ensuite au moteur situé dans la jambe de faire un pas et ainsi de suite.

     

    Les participants de la Fête des Familles de l’AFM-Téléthon, le samedi 15 septembre au Parc Floral à Paris, ont pu découvrir l’exosquelette ReWalk Personnal 6.0, produit de ReWalk Robotics, voire même le tester ! 

     

    Cette dernière version a été optimisée de manière à être facile à endosser (en 15 minutes environ) : les attelles sont plus légères et les sangles de soutien mieux adaptées. L'exosquelette ReWalk (de l’anglais «remarcher») de la start-up israélienne du même nom, permet ainsi de se déplacer de façon plus fluide.

    Exosquelette, ReWalk Personnal 6.0, ReWalk, ReWalk Robotics, Clinatec, technologie, avancées, recherche,

     

    Depuis sa création en 2011, cette technologie reste néanmoins très couteuse (77 000 $ soit près de 66 000 €) et encore inaccessible à un très grand nombre de patients, sans oublier qu’elle demande à l’utilisateur de posséder de la force dans les épaules et les bras.

     

    Conscients de certaines limites de cette prouesse technologique, certains voient plus loin encore et envisagent un exosquelette contrôlé par la pensée.

     

    C’est le cas de Clinatec, un laboratoire unique en France, créé en 2008 et situé à Grenoble, où ingénieurs et médecins travaillent déjà sur un système robotisé qui permet de refaire marcher des patients entièrement paralysés.

     

    C’est LA performance de cette innovation : l’exosquelette communique avec la personne grâce à un implant placé dans son cerveau qui détecte les intentions de mouvements. Ce prototype est en phase de test sur un français pour une publication des premiers résultats prochainement.

     

    Encore un bel exemple de technologie nouvelle qui peut ou pourra aider les malades ! 

     

    Isa C.

     

  • Mandine rencontre les chercheurs

    À l'occasion de la journée internationale de sensibilisation aux myopathies des ceintures (LGMD Awareness Day), Mandine, responsable du groupe représentant les malades concernés à l'AFM-Téléthon, est venue rencontrer à Evry deux chercheurs qui travaillent sur ces maladies : Isabelle Richard à Généthon et Xavier Nissan à I-Stem.